lundi 5 août 2013

SUR "PIEDSNOIRS-AUJOURD'HUI.COM"

video
logo
Tibhirine n'est pas Tamanrasset...
C.de C. n'est pas C. de F. ***,
Un nécessaire rappel des faits
logo


Le XXI ème siècle est en mal de Saints : faute de Vincent Depaul et de Jeanne Jugan, on devra probablement se contenter de l'Abbé Pierre et de la Sœur Sourire.

Le dernier film à la mode, DES HOMMES ET DE DIEUX, souhaite participer à cette queste , en nous présentant les Moines martyrs de Tibhirine, comme des fils spirituels du Père de Foucault (sans toutefois le mentionner).

Ne voulant être une émule de Jacques de Voragine (l'auteur de la "Légende dorée"), j'essayerai -contrairement au film- de faire la part de l'Histoire...et celle de l'hagiographie.

Voici donc, en toute humilité (...), ma version des faits.

Les moines de Tibhirine, des trappistes (Ordre Cisterciens de la Stricte Obédience) gênaient, pour diverses raisons, le gouvernement algérien. Entre autres raisons, ils soignaient les rebelles blessés, et les membres de leurs familles. Il fut donc demandé, en mai1996, à la Sécurité militaire algérienne, de trouver un moyen de les forcer à quitter le pays.

Ladite Sécurité, voulant jouer les Machiavel, demanda au CIA de les enlever, avec l'intention, dans un deuxième temps, d'effectuer leur libération et de les mettre dans le premier charter en partance pour la France.

Les choses ne se sont malheureusement pas passées comme prévu.

Un hélicoptère de l'armée aurait mitraillé, par erreur, le bivouac des jihadistes qui les avaient enlevés, tuant à la fois les maquisards...et sept moines du monastère de Notre-dame-de-l'Atlas.

On peut donc dès à présent, souligner la différence fondamentale qui existe entre ces dramatiques évènements, et ceux qui, 80 ans plus tôt (le 1er décembre 1916), conduisirent à l'enlèvement et à l'assassinat, à Tamanrasset, d'un autre moine cistercien, le Frère Charles de Jésus (dans le siècle, Charles de Foucault).

Pour faire court, on peut dire que le Frère Charles de Jésus a été assassiné (par l'Émir d'une secte musulmane, la "Senoussia", nommé BA HAMON), en raison de sa mission sacerdotale (d'aucuns diront de son prosélytisme), auprès des Touaregs du Hoggar.

L'ermite de Tamanrasset s'intéressait à l'Islam. Il avait lu le coran.

Mais son intérêt pour la religion musulmane n'est en aucune façon comparable à celui du Prieur de Tibhirine.

Christian de Chergé passa une partie de son enfance à Alger, où était stationné le régiment de son père (commandant), le 67ème RAA, et éprouva très rapidement une véritable fascination pour la religion fondée par le Prophète Mahomet.

Mais c'est probablement plus tard, en 1959, lorsqu'il y retourna, pour participer, en tant qu'officier, à la guerre d'Algérie, que se révéla sa véritable vocation : il fut en effet sauvé, par un garde champêtre algérien, Mohamed, qui pris sa défense lors d'une altercation, dans la rue, et qui fut assassiné le lendemain en représailles.

Il s'est senti désormais, lié -par le sang- au peuple algérien...et aux musulmans.

Cependant, l'Islam qu'il connait et avec lequel il va s'efforcer de créer des liens très étroits (de « communier »), est un Islam tout à fait minoritaire -voire « hérétique »-, qui est lui-même persécuté par l'Islam officiel : le Soufisme (cf. le maître Soufi Mansour al-Hallaj, qui fut crucifié à Bagdad, en 922).

En 1980, la Tarqa (confrérie) soufie, Alawiya, commence à se réunir dans la chapelle du monastère.Les moines étudient et prient avec eux, tournés vers La Mecque. Ils pratiquent ensemble le DHIKR (qui est plus ou moins l'équivalent de l'Hésychia des moines orthodoxes). Ils font le ramadan.

Le Père de Chergé se pique même de théologie, et publie des textes entrant dans le cadre d'un "dialogue interreligieux" (...à sens unique, comme c'est toujours le cas avec les musulmans).

Et en particulier un article intitulé « chrétiens et musulmans » (dans la « Lettre de Ligugé » de décembre 1984), où il s'efforce -à mon avis, de manière peu convaincante- de réinterpréter la doctrine de la Trinité : pierre d'achoppement pour les musulmans, pour qui l'unicité de Dieu n'est absolument pas négociable...

Mais la « théologie » du Prieur est avant tout sociale.

Il déclare vouloir « s'exprimer par tous les moyens de la solidarité et de la coresponsabilité politique et sociale, au service de la paix ».

Son engagement est donc, comme pour ses collègues d'Amérique du Sud, fortement « politisé »; et comme pour eux, sa théologie (de la « libération ») n'est qu'une tentative (maladroite) de justification à posteriori, d'une démarche parfaitement irrationnelle.

Il voulait avant tout se mettre au service du « peuple » algérien : victime, selon lui, d'un régime inique; et il considérait probablement les membres du GIA, non comme des terroristes, mais comme des "combattants de la liberté"...

Le film de Xavier Beauvois nous montre, à juste titre, des hommes très courageux et parfaitement sincères. Certainement des martyrs. 


Mais la vérité historique, qu'il convient de lire entre les lignes hagiographiques du scénario, nous révèle qu'ils étaient également de piètres théologiens, considérant, comme Don Hélder Câmara, ou Léonard Boff, que Notre Seigneur était un marxiste avant la lettre     
 ...et que les pauperes spiritu de la première béatitude, étaient des 
« pauvres » tout court ...
...que tout chrétien qui se respecte doit aider à acquérir -éventuellement par la force- sa part du gâteau terrestre ...
 ...en anticipation de celle qui leur est promise dans le royaume des cieux.

Jean-Pierre Pagès-Schweitzer

(cafephilodedroite-blogspot.com)

(piedsnoirs-aujourd'hui.com)
µµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµ 

Aucun commentaire: