jeudi 24 avril 2014

L'ECHOPPE MEDIEVALE

echoppe medievale
echoppe medievale
C'est le début de la reprise de la saison médiévale, beaucoup de fêtes vous attendent. Il vous manque un vêtement, un objet, un accessoire pour finir votre costume et faire sensation sur vos événements médiévaux. Venez découvrir ou redécouvrir notre boutique en ligne ou sur Paris.

présent sur Facebook, les pages de facebookL'Échoppe Médiévale, du facebookBanquet Médiéval et facebookMédiévents nous seront très heureux de vous compter parmi nos amis. La page de profil de l'Echoppe ayant atteint son quota de contacts, une nouvelle page a été crée. Nous vous invitons donc désormais à envoyer vos demandes d'amis sur la page Facebook : facebookEchoppe medievale ahe

Pour vous tenir informer de l'actualité Médiévale (marchés, tournois, spectacles) comme pour participer à un sympathique et enrichissant forum entièrement consacré et réservé aux amoureux du Moyen-Age; ne cherchez pas inutilement ! Les seules adresses à retenir sont les suivantes : Echoppe medievale, Medievents et Banquet medieval
echoppe medievale
les etains de l'echoppe medievale
echoppe medievale
banquet médiévale
echoppe medievale
echoppe medievale
echoppe medievale
Bure de moine
echoppe medievale
les etains de l'echoppe medievale
echoppe medievale
atelier la melusine
echoppe medievale
les etains de l'echoppe medievale
echoppe medievale
Armure de gn
echoppe medievale
les etains de l'echoppe medievale
echoppe medievale
costumes locations
Avec plusieurs centaines de costumes, de toutes sortes, disponibles en permanence dans notre boutique autant pour la vente que pour la location nous sommes sûrs que vous trouverez chez nous, que vous soyez noble dame, chevalier ou simple paysan de quoi vous vêtir.

Nous vous proposons la location des costumes au prix forfaitaires suivants :

Costumes Adultes : 35 euros pour 8 jours - Caution de 120 euros
Costumes Enfants : 20 euros pour 8 jours - Caution de 80 euros

Nous mettons à votre disposition de nombreuses décorations, bannières, drapeaux, armes et boucliers, ogives et sculptures, chandeliers et vaisselles. En ce qui concerne la location, le coût de la location correspond à 30% du prix d'achat choisis avec une caution.

Qu'il s'agisse d'habiller vos convives ou de créer une ambiance médiévale mémorable, nous sommes en mesure de vous proposez tout ce dont vous aurez besoin !!
echoppe medievale
les etains de l'echoppe medievale
echoppe medievale
Armes de gn
echoppe medievale
echoppe medievale

CHAIR FRAICHE POUR MUSULMANS



The Glazov Gang: “Easy Meat”

 

BBC Inside Out - the hidden scandal of sexual grooming of ...

www.youtube.com/watch?v=7hXTM7ehvtk
2 sept. 2013 - Ajouté par SikhAwarenessSociety
An Inside Out London special, uncovers the hidden scandal of sexual grooming of young Sikh girls by Muslim ..
 
 

Gavin Boby made his second appearance on “The Glazov Gang” last Friday. 

This time the focus was on the Islamic sex-slavery gangs in the UK, and in particular the comprehensive “Easy Meat” report on the history and extent of the “localized grooming” scandal:

For more on Gavin Boby and the Law and Freedom Foundation, see the Law and Freedom Foundation Archives.

Hat tip: Vlad Tepes.
µµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµ

GREEN ECONOMY


Daniel Greenfield article: The Environmental Apocalypse

Link to Sultan Knish



 

Posted: 23 Apr 2014 


Early in the morning, while most are still sleeping, groups of elderly Chinese women spread out across city streets. They tear open trash bags, pick through the litter and sort out bottles and cans that come with a deposit. 
And then they bring them to the local supermarket to a machine that scans and evaluates each can, accepting and rejecting them one by one, and finally printing out a receipt.

The interaction between the elderly immigrant who speaks broken English or the homeless man who is barely holding it together... and the machine is a stark contrast between what the new smart clean green economy pretends to be and what it actually is.

The machine, like so much else that we design, is impressive, but its existence depends on someone digging through the trash with their hands for much less than minimum wage to extract a generally useless item.

The entire bottle economy, which has more than a passing resemblance to the trash sorting operations in the Third World carried out by despised and persecuted minorities, like the Zabbaleen in Egypt, is artificial. The United States is not so poor that it actually needs to recycle. It recycles not under the impulse of economic imperatives, but of government mandates.

The elderly Chinese women dig through the trash because politicians decided to impose a tax on us and an incentive for them in the form of a deposit. All those useless 1980s laws created a strange underground economy of marginalized people digging through the trash.

Every time politicians celebrate a recycling target met and show off some shiny new machine, hiding behind the curtain are the dirty weary people dragging through the streets at the crack of dawn, donning rubber gloves and tearing apart trash bags. They are the unglamorous low-tech reality of environmentalism.

These are the Green Jobs that aren't much talked about. They pay below minimum wage and have no workplace safety regulations. They are the Third World reality behind the First World ecology tripe. It's not that the people who plan and run the system don't know about them. But they don't like to talk about them because they come too close to revealing the unsavory truth about where environmentalism is really going.

Environmentalism, like every liberal notion, is sold to the masses as modern and progressive. It's the exact opposite. It's every bit as modern and progressive as those sacks of cans being hauled by hand through the streets to the machine.

Prince Charles, that avid idiot and environmentalist, visited a Mumbai slum a few years ago and said that it had some lessons to teach the West.
“When you enter what looks from the outside like an immense mound of plastic and rubbish, you immediately come upon an intricate network of streets with miniature shops, houses and workshops, each one made out of any material that comes to hand,” Prince Charles wrote in his book, Harmony.

The Prince of Wales is quite the author. In addition to Harmony: A New Way of Looking at Our World, he has written Shelter: Human Habitats from Around the World, The Prince's Speech: On the Future of Food and The Illustrated Guide to Chickens: How to Choose Them, How to Keep Them.

One might be forgiven for assuming that the royal brain twitching behind those watery eyes is preparing for some sort of apocalypse. And it is. The apocalypse is environmentalism. Or from the point of view of the environmentalists, who spare some time from their public appearances and their mansions to pen tomes on the future of food and how to choose chickens, the apocalypse is prosperity.

People of that sort think that instead of getting the slum dwellers of Mumbai into apartments, we ought to be figuring out how to build shelters out of random garbage. Think of it as the recycling can solution as applied to your entire life.

“The people of Dharavi manage to separate all their waste at home and it gets recycled without any official collection facilities at all," a marveling Charles, who probably never took out the trash once in his life, wrote. It's easy to get people to recycle without any mandates or collection facilities at all. All it takes is grinding poverty so miserable that you either make the most of every last thing you can get your hands on or you die.

That is the sort of lifestyle that environmentalists think of as sustainable. Or as Hobbes put it, "In such condition, there is no place for Industry; because the fruit thereof is uncertain; and consequently no Culture of the Earth... no commodious Building; no Instruments of moving, and removing such things as require much force; no Knowledge of the face of the Earth; no account of Time; no Arts; no Letters; no Society." That is the natural state to which environmentalists would return us to.

More recently another deep thinker, Peter Buffett, Warren Buffett's son, took to the editorial pages of the New York Times to denounce Third World philanthropy.

"Microlending and financial literacy — what is this really about?" Buffett asks. "People will certainly learn how to integrate into our system of debt and repayment with interest. People will rise above making $2 a day to enter our world of goods and services so they can buy more. But doesn’t all this just feed the beast?"

To the slum dwellers, the beast isn't capitalism, it's that gnawing feeling in your stomach when you haven't eaten for a day. But Peter Buffett, who lives a life almost as privileged as Prince Charles, bemoans the idea of getting people to the point where they aren't worried about where their next meal is coming from because it just turns them into capitalists and consumers. And before you know it, they're buying big screen televisions and writing op-eds in the New York Times on the futility of philanthropy.

"There are people working hard at showing examples of other ways to live in a functioning society that truly creates greater prosperity for all (and I don’t mean more people getting to have more stuff)," Peter Buffett wrote, probably unaware that he was sniffing down the same trail that a thousand communes had gone. But the experimental farm is old hat. The new model is the Third World.

Instead of helping the Third World live like us, the perverse children of the rich dream of making us live like the Third World.

Those working hard to make our society function like Charlie's favorite slum aren't moving to their own collective farms. Instead they are transforming our society into the collective farm while pretending that their calculated destruction of our prosperity is smart and modern.

The Soviet Union pretended that its plans for the country were a modern step forward. In reality, the Commissars took the farmers back to feudalism and then turned much of the country into peasants, coping with harvest labor problems by forcing urban populations to come and pick the crops. And those were the good times. In the bad times, highways and other large projects were built through mass slave labor no different than the way that ancient Egypt built the pyramids.

Communist modernism was a Potemkin village, a cheap tacky curtain and behind it, the sweating slave and the stench of Babylon. The modernism of the progressive is the same facade covered in sociology textbooks, New York Times op-eds and teleprompter speeches. Behind it lie the ruins of Detroit, tribal violence in the slums of every major city and an economy in which there is no more room for the middle class except as clerks in the government bureaucracy. And it doesn't end there.

The elderly Chinese woman picking through the trash in search of empty beer bottles isn't the past. She's the future. Recycling is big business because the government and its affiliated liberal elites decided it should be. It's just one example of an artificial economy and it's small stuff compared to the coming carbon crackdown in which every human activity will be monetized and taxed somewhere down the road according to its carbon footprint.

The ultimate dream of the sort of people who can't sleep at night because they worry that children in India might be able to grow up making more than two dollars a day, is to take away our prosperity for our own good through the total regulation of every area of our lives under the pretext of an imminent environmental crisis.

The Global Warming hysteria is about absolute power over every man, woman and child on earth.

"I strongly believe that the West has much to learn from societies and places which, while sometimes poorer in material terms are infinitely richer in the ways in which they live and organize themselves as communities," Prince Charles said.

It goes without saying that the Prince of Wales is not about to take personal advantage of these infinite spiritual riches of living in a house made of garbage, drinking contaminated water and dying before thirty. What he is saying is that while he personally is a little too attached to his lifestyle, he thinks that we as a society would be better off giving up on the materialism of living on more than two dollars a day and embracing the infinite social and spiritual riches that rich people imagine are accessible only to impoverished Third Worlders.

Environmentalism is wealth redistribution on a global scale. The goal isn't even to lift all boats, but to stop the tide of materialism from making too many people too comfortable.

The liberal billionaire who clamors about sustainability likes progress. What he dislikes is the middle class with its mass produced cars and homes, cheap restaurants full of fatty foods and television sets and daily deliveries of cardboard boxes full of stuff and shopping malls. He thinks, in all sincerity, that they would be happier and more spiritually fulfilled as peasants. It's not an original idea.

The Industrial Revolution had hardly begun revolving when the 'Back to Nature' crowd began insisting that it was time to learn a more harmonious way of life by going back to the farm. Centuries later the only new idea that they have come up with is threatening an environmental apocalypse if the middle class doesn't change its mass producing ways. Even its adoration of the Noble Savage is older than the American Revolution.

The modern environmentalism jettisons the idea of moving to a dilapidated farmhouse to spend time being bored while trying to make artisanal rocking chairs to sell to someone, It's done its time searching for the noble savage within through drugs and degradation decades ago. Now it's our turn to tap into the infinity of spiritual riches that comes from just barely getting by.


The sustainable logic of the slum that makes us better people by making us more miserable.

The Soviet idea of progress was feudalism dressed up in Socialist red. Environmentalism dresses up feudalism in Green. It seeks to reverse all the progress that we have made in the name of progress. Environmentalism is as sophisticated as a Soviet collective farm, as modern as the homeless people dragging bags of cans along on sticks to feed the machine and as smart as a slum made of trash.

Beneath all the empty chatter about social riches and sustainability is that need to impose progressive misery.

Beneath the glossy surface of environmentalism is a vision of the American middle class learning to dig through bags of garbage, the detritus of their consumerism for which they must be punished, to become better people.  


Daniel Greenfield is a New York City based writer and blogger and a Shillman Journalism Fellow of the David Horowitz Freedom Center.

(sultanknish.blogspot.com)
¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤

CES BRAVES MUZZ



VALEURS ACTUELLES



PLAN ANTIJIHAD

Cyberpatrouilles et familles au cœur du plan «antidjihad»



Un Numéro Vert et une page d'accueil sur Internet seront ouverts d'ici jeudi pour prévenir les départs de plus en plus nombreux de djihadistes vers la Syrie, où se trouvent 300 combattants français.

L'hémorragie des combattants volontaires français prenant la route de Damas n'a jamais été aussi forte. Selon un dernier état des lieux établi par les services de renseignements, près de 300 de nos compatriotes mènent aujourd'hui le djihad en Syrie. Parmi eux figurent désormais une quinzaine de mineurs, mais aussi une centaine de femmes.

 Le fléau fait tache d'huile pour toucher, selon le ministère de l'Intérieur, des profils assez variés dans 70 départements. Il a coûté la vie à 25 Français engagés dans les rangs de rebelles cherchant à faire trébucher le régime de Bachar el-Assad. Au total, 740 personnes ont été détectées comme appartenant à ces filières, sachant que 130 combattants sont en transit et 130 autres sont de retour après «un ou plusieurs séjours» dans les rangs islamistes.

 «Le phénomène s'est développé», a confirmé Bernard Cazeneuve, mercredi midi, place Beauvau, après avoir dévoilé en Conseil des ministres le détail d'un plan gouvernemental articulé sur trois axes.

Pour venir d'abord en aide aux familles démunies face à la radicalisation brutale d'un enfant, une page d'accueil sur Internet et un Numéro Vert seront ouverts d'ici jeudi afin d'alimenter une plate-forme de signalements. Chaque message sera traité avec la «garantie de la plus grande confidentialité, au plus près du terrain», par la préfecture des départements concernés. «Au cas par cas, le préfet adaptera un dispositif de suivi sur mesure dans lequel pourront intervenir des travailleurs sociaux, des agents de la protection judiciaire de la jeunesse, une équipe médico-psychiatrique ou encore des responsables religieux», insiste le nouveau locataire de la place Beauvau. Les architectes de ces subtils Meccano risquent d'être sous pression dans la mesure où une «réactivité très forte» leur sera demandée au moment de «mobiliser l'ensemble des acteurs territoriaux».

«Les services de police vont-ils conserver les renseignements dans une base de données? Et si oui, qui va les contrôler, les gérer? Cette base sera-t-elle soumise à une quelconque autorité?», s'interroge l'islamologue et universitaire Mathieu Guidère.

Tout aussi critique, Éric Denécé, directeur du Centre français de recherche sur le renseignement (CF2R) considère de son côté que «le pouvoir politique est dans une démarche de réassurance de l'opinion ; c'est un peu comme les militaires dans les gares, cela rassure, mais en termes d'efficacité de lutte contre le terrorisme, l'effet est nul». Des critiques qualifiées de «dures et pas forcément justifiées» au ministère de l'Intérieur, où ont été reçues des familles en détresse.

Si le risque d'exode d'un candidat à la guerre sainte est avéré, son nom sera aussitôt inscrit au Fichier des personnes recherchées (FPR) et intégré dans le Système d'information Schengen (SIS), qui permettrait de tirer la sonnette d'alarme dès que le suspect signalé se présente aux portes de l'Europe. 

Les adultes «fléchés» pourraient quant à eux se faire confisquer leur passeport. Ce qui, en théorie, ne dissuadera pas les plus endurcis de tenter de rejoindre la frontière syro-turque par le bus, sachant que les cartes d'identité ne peuvent être retirées qu'à l'occasion d'un contrôle mené dans le cadre d'une procédure judiciaire.

 «L'idée d'empêcher le retour des djihadistes sur le sol français est inapplicable car contraire à toutes les règles du droit international, objecte aussi Bernard Cazeneuve. 

En revanche, les criminels qui ont décapité et torturé sur place seront traduits de manière intraitable en justice…»

Pour lutter contre les «microfilières» qui embrigadent sur Internet, le plan propose d'accentuer les cyberpatrouilles en permettant aux policiers d'infiltrer les réseaux sous pseudo, un peu à l'image de leurs collègues engagés dans la traque contre les pédophiles. Par ailleurs, la durée de détention des données de connexion récupérées à distance sera allongée de 10 jours à un mois afin d'approfondir les investigations. 

Le député (UMP) de l'Yonne Guillaume Larrivé a quant à lui déposé une proposition de loi visant à punir de «deux ans d'emprisonnement et 30.000 euros d'amende les internautes qui consultent de façon habituelle» les sites faisant l'apologie du terrorisme. 

Dès le 30 avril prochain, Bernard Cazeneuve se rendra à Londres pour étudier avec ses homologues anglais, belge et allemand le moyen technique de bloquer, par le ciblage des administrateurs de site, les contenus diffusant des messages de haine et des images barbares.

!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

mercredi 23 avril 2014

LE BEBE PANDA VOUS SALUE BIEN



ROMS : VOLEURS DE FERRAILLE ?




«Palmarès des actes de délinquance» : 

 

Existe-t-il un lien entre crime et nationalité ?

Christophe Soulez
    • Mis à jour





FIGAROVOX/ANALYSE 

 Le quotidien régional Le Progrès a dressé un palmarès des actes de délinquance dans le Rhône en fonction de la nationalité. 

Une classification qui a suscité de vives réactions sur les réseaux sociaux... 

Le décryptage du criminologue Christophe Soullez.


Christophe Soullez, est Chef de l'Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP), co-auteur de «La criminologie pour les Nuls» (First)


Le quotidien lyonnais a dressé un «palmarès» des actes de délinquance dans le Rhône en fonction de la «nationalité». Les «Roms et gens du voyage» seraient les premiers auteurs des vols de ferraille, les albanais et les Georgiens des cambriolages. 

Cette classification des délits par nationalité traduit-elle la réalité ou est-elle caricaturale?
 
En prenant connaissance de l'infographie publiée par le «Progrès» sur les «principales nationalités impliquées dans le Rhône» dans sept types d'infractions («cambriolages», «vols de ferraille», «piratages de distributeur de billets» …), ce qui saute aux yeux est, préalablement l'absence de sources. 
On ne sait pas d'où viennent ces informations, quel a été le mode de collecte, sur quel échantillon reposent-elles, bref, la méthodologie statistique qui a conduit à cette typologie. 

Par ailleurs, le deuxième point, c'est l'amalgame fait entre la nationalité («Géorgiens», «Albanais» ou «Roumains»), élément d'état-civil objectif, et d'autres éléments de profils comme «toxicomanes», «groupes de cités», «gens du voyage» et «roms».



Si pour un policier ou un gendarme, l'utilisation de telles expressions peut avoir un sens opérationnel, elles ne peuvent pas servir ainsi à établir une typologie des auteurs.

 Dans cette infographie, on assimile des éléments qui n'ont rien à voir les uns avec les autres. C'est donc une présentation erronée, très peu rigoureuse et créant des amalgames pouvant nuire à tout débat sérieux et statistique sur cette question.
L'ONDRP a déjà eu l'occasion de publier régulièrement des études sur la nationalité des personnes mises en cause selon les types d'infraction mais celles-ci portent exclusivement sur la nationalité. D'ailleurs le ministère de la Justice publie chaque année des statistiques sur la nationalité des personnes condamnées. 

Par ailleurs, on rappelle que les statistiques sur les nationalités publiées par l'ONDRP porte sur les «personnes mises en cause» et non sur les «auteurs», deux notions qu'il ne fait pas non plus confondre, car une personne mise en cause par la police n'est pas nécessairement une personne qui sera condamnée. L'article le plus récent de l'Observatoire sur ce sujet date de décembre 2013 («Repères 23»).



Les statistiques ethniques en matière de délinquance sont interdites en France. Est-ce une exception française?
 
Non, ce n'est pas une exception. D'autres pays n'autorisent pas de statistiques ethniques alors qu'à l'inverse, pour les pays anglo-saxons, cette caractéristique ne pose pas de problème. 
C'est une question d'histoire, culturelle et d'organisation et de conception de la société. Dès lors que des Etats sont organisés selon une logique communautaire il ne leur apparaît pas illogique, et encore moins scandaleux, de caractériser les individus selon leur origine ou leur ethnie. 

Pour en revenir à l'infographie, les termes qui posent problème ne sont cependant pas des catégories statistiques, y compris dans les pays qui utilisent des statistiques dites ethniques comme les Royaume-Uni ou les Etats-Unis.

En tant que criminologue, pensez-vous que l'autorisation des statistiques ethniques serait utile au débat public? Faut-il briser ce tabou pour éviter les fantasmes?
 
Il faudrait tout d'abord savoir pourquoi on voudrait mettre en place des statistiques ethniques. Une fois que celles-ci seraient disponibles, à quoi serviraient-elles? D'une manière générale je suis plutôt favorable à la diffusion de toute information qui peut permettre de rendre compte de situations réelles bien que parfois très complexes.
 Le fait de dissimuler des éléments peut, comme vous le rappelez, susciter des phantasmes et donner l'impression que des choses sont cachées. Objectiver peut souvent permettre de rationaliser un débat. Il faudrait toutefois mettre en œuvre, parallèlement, tout un dispositif de garanties liées à l'interprétation de ces données et surtout les croiser avec bien d'autres informations socio-économiques dont la valeur peut être tout aussi importante que l'origine des individus.



Les étrangers sont-ils surreprésentés dans les statistiques de la délinquance? 
La question est mal posée car elle fait l'hypothèse qu'il existerait une relation entre la part des étrangers dans la population et celle qu'il représente dans la délinquance. Une approche relative serait plus appropriée et la question posée devraient être: «en dehors des infractions à la police des étrangers, quelles sont les infractions pour lesquelles la part des étrangers au sein des mis en cause est la plus élevée?».

 Par exemple, pour les vols à la tire, cette part dépasse 80 % alors que pour les vols à main armée, elle est voisine de 10 %. De tels écarts peuvent être interprétés.

Puis, on étudie l'évolution de cette part dans le temps, et, en cas de fortes variations sur une période de temps courte, on peut émettre des hypothèses sur l'évolution du profil des auteurs d'actes de délinquance comme l'a fait l'ONDRP à propos des cambriolages et des autres vols sur la période 2008-2012. Toute cette démarche d'analyse nécessite de grandes précautions dont ne s'embarrasse pas l'infographie du Progrès. 

========================================== 



  • Trains : retards sur le Paris-Lille et l'Eurostar après une tentative de vol de câbles

    avec
    le 11 avril 2014 à 17h42 , mis à jour le 11 avril 2014 à 17h47.

    Temps de lecture
    3min




    Image d'archives

    Image d'archives / Crédits : Goodshoot/Thinkstock

    ======================================

mardi 22 avril 2014

LE CHAT QUI CLIGNE DE L'OEIL VOUS SALUE BIEN



EGYPTE : VERS UN GENOCIDE COPTE !

DITES ADIEU À L’ÉGYPTE


Par

David Archibald


Le corps embaumé de Chenouda III, le chef spirituel de l'Eglise copte orthodoxe, gît sur le trône de saint Marc, le 18 mars, dans la cathédrale d'Abbassiya, au Caire.

Adaptation française

Thérèse Zrihen-Dvir





En l’an 2011, des intellectuels clercs d’Égypte proposaient de démolir les pyramides à cause de leur évocation d’un passé préislamique idolâtre. 

En réalité le vrai problème de l’Égypte est plus prosaïque : La disparité entre un système agriculturale qui ne peut nourrir que 40 millions de personnes et une population de 84 millions. 

L’Egypte a été un grand exportateur de blé pendant quelques millénaires. Sa population avait été estimée à 4 millions lors de la visite de Napoléon Bonaparte en 1798. En 1960, cette population a atteint 28 millions nécessitant un import d’un million de tonnes de blé par an. L’import du blé, de maïs et de grains a atteint à présent 15 millions de tonnes par an.


Avec une croissance démographique estimée à 1.8% par an, quelques 1.5 millions d’égyptiens sont créés chaque année. En s’appuyant sur un régime entièrement végétarien de 350 kg de blé par an, la cohorte de nouveaux égyptiens de chaque année nécessitera plus d’un demi million  de tonnes de blé pour ses adultes. 
Ainsi, le besoin en blé égyptien augmentera chaque année d’un demi-million de tonnes. L’aptitude de l’Egypte de cultiver du blé a plafonné, limitée par la quantité d’eau disponible du Nile. Le passage d’une haute consommation d’eau pour la récolte du riz, du coton et du blé est déjà en place. Sur l’actuelle trajectoire de hausse de demande, l’import exigé atteindra 28 million de tonnes de grains en 2030.
 

La situation pourrait bien empirer. Il y a eu une explosion de population durant les trois récentes années après le printemps arabe. Entre 2006 et 2012, le nombre de naissances a augmenté de 40% en Egypte, avec en 2012 560,000 plus de naissances qu’en 2010.


Pour l’instant, ce qui maintient la société égyptienne ensemble, c’est la subvention du pain. Les trois-quarts de la population possèdent des cartes qui leur permettent d’obtenir du pain, du sucre, de l’huile de cuisson, du propane et de l’essence subventionnés. 

Ce système de subvention coûte chaque année 4.4 milliards de dollars. Avec la masse de calories de la population fournie par la subvention du pain provenant des boulangeries communautaires, il n’y a presque aucune résilience dans le système de la fourniture d’aliments en Egypte. Si les subventions ou l’import cessent, l’Egypte connaitra la disette.


 Qu’importent ses erreurs en tant que dirigeant honnête et juste, Hosni Moubarak, ancien président d’Egypte, menait le pays dans un souci continu. 
En 2010, les réserves monétaires du pays avaient atteint 35 milliards de dollars. Suite à sa démission, ces réserves commencèrent à diminuer au taux de 2 milliards par mois. Au début de 2013, elles avaient baissés à 13 milliards.

 Le président Morsi a été destitué par un coup d’état militaire, non réellement à cause de son islamisme, mais plutôt à cause de l’unique sauveur potentiel de l’Egypte, l’Arabie saoudite qui refusa de contribuer au trésor égyptien tant que la Confrérie musulmane est au pouvoir. 
Les saoudites versèrent dûment 5 milliards de dollars deux semaines après le renversement de Morsi.

Mais même le soleil s’est ligué contre l’Egypte. 

Les chercheurs de Nasa ont découvert quelques liens évidents entre l’activité solaire et le niveau du Nile. 
Le niveau du Nile et les records de l’aurore traçant la radiation solaire ont deux occurrences de variation régulière en commun – l’une avec une période de 88 ans connue comme le cycle de Gleissberg et la seconde avec une période de deux cents ans, appelée le cycle de Vries. L’activité solaire est à présent au déclin aux niveaux observés durant le 17ième siècle. Ce déclin culminera en sécheresse à l’est de l’Afrique aux sources supérieures du Nile.


La société égyptienne a un certain nombre de caractéristiques déplaisants. La mutilation génitale des femmes est à 90%. Le taux de mariage consanguin est très élevé, 35%, causant une fréquence de malformations congénitales. 

Les Coptes chrétiens qui constituent 10% de la population ont moins de naissances que les égyptiens musulmans. 
Comme ce fut le cas des arméniens en Turquie à la chute de l’empire ottoman, il a un siècle environ, les coptes seront probablement assassinés durant les premières années de l’écroulement de la société égyptienne, qui renoncera dans son malheur à la sympathie de l’Occident.


Le coup de couteau d’Obama au dos du président Moubarak et son soutien au régime subséquent de la Confrérie Musulmane, ont auréolé les USA d’une réputation de joueur double, faisant du peuple égyptien un ennemi, eurent lieu en temps opportun. 
Si l’Egypte était restée dans le camp nominalement pro-occidental, cela aurait été à une période durant laquelle les USA et peut-être aussi des nations occidentales se verraient contraints de jeter leur argent dans le trou noir de l’Egypte en pleine chute. 

L’effondrement du régime de Moubarak eut lieu en partie à cause du retrait du soutien de l’Administration d’Obama.

 C’est là un cas où le résultat est avantageux pour de mauvaises raisons.("To do the right thing...for the wrong reason !)

http://theresedvir.com/
http://therese-zrihen-dvir.over-blog.com/

ùùùùùùùùùùùùùùùùùùùùùùùùùùùùùùùùùùùùùùùùùùùù

A VISIONNER IMPERATIVEMENT





Un militaire "français" passé au djihad en Syrie

Publié








Une vidéo postée sur YouTube montre un jeune homme français, qui se dit ancien parachutiste, expliquer pourquoi il a rejoint les milices islamistes qui combattent Bachar el-Assad.


Il fait partie des  250 "Français"...   qui mènent «la guerre sainte» en Syrie contre le régime de Bachar el-Assad. Sur une vidéo diffusée sur YouTube, un homme âgé d'une vingtaine d'années, ancien militaire d'un régiment d'infanterie parachutiste, explique son passage dans «l'armée adverse», après avoir découvert l'islam . «Un jour,  grâce à Dieu, (ndlr: "Allah") je me suis réveillé», dit-il, assis à côté d'un autre djihadiste parlant également français.

La plupart des Français partis se battre en Syrie combattent avec le plus radical des groupes armés, l'État islamique en Irak au Levant (l'EIIL), qui détenait nos confrères libérés en fin de semaine dernière.
 
La vidéo ne fait que renforcer le malaise qui s'est développé en France mais aussi dans de nombreux pays européens, dont un nombre important de jeunes radicalisés - plus de 1500 - se trouvent aujourd'hui en Syrie. 

Le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, élabore d'ailleurs un vaste plan de lutte concocté depuis des mois par son prédécesseur Manuel Valls Place Beauvau pour détecter de façon précoce les adolescents et leurs aînés avant qu'ils ne se retrouvent embrigadés dans les milices islamistes.






La rédaction vous conseille :